Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les plaisirs de l'aquarelle

PAP : Ville d'Espagne

 

La surprise de juillet, d'après la photo de Solemill, que je remercie, a compté peu de participants. Elle a fait peur à certains, tandis que d'autres étaient en vacances.

Je l'ai faite en pas à pas, et vous la propose.

 

La photo : 

 

LA PERSPECTIVE

Pour une rue montante, chercher les lignes et points de fuite ! 

J'ai retenu les conseils de Thierry De Marichalar, au sujet d'une rue de Bayonne :

" Pour les maisons, il y a autant de point de fuite que d'orientation des bâtiments (qui peuvent se trouver au-dessus et en-dessous de la ligne d'horizon, si la rue à plusieurs pentes). En effet, autant de points de fuite que de plans différents, c'est-à-dire que si la rue à plusieurs pentes, chaque tronçon possède son propre point de fuite, plus où moins haut par rapport à la ligne d'horizon..."

 

LE MATERIEL

- Pinceaux : 1 spalter à poils de chèvre, 1 pointe fine synthétique, 1 à lavis petit-gris.

Support : bloc Fabriano Artistico, grain fin, 300 g/m² (Arches convient aussi).

Palette : bleu cobalt BC, vert véronèse VV, or quinacridone OQ, rouge Venise RV.

 

Pour le stage, j'avais disposé mes principales couleurs en tubes dans une boîte, et les noms de couleurs sont inscrits sur le couvercle. A chaque ouverture de la boîte, je pulvérise les cases. Seul problème : du vert sapin a envahi le jaune cambodge ! 

Et je viens de découvrir un point de moisi dans le rouge permanent, retiré illico. Cette boîte est complètement hermétique si on la ferme bien, je la transporte à plat pour éviter de mettre de la peinture sur l'envers du couvercle. J'ai apprécié ce matériel et je vais continuer ainsi (finalement abandonnée, car les couleurs moisissaient).

 

La boîte remplie : 

 

Je sors la peinture d'une case avec un petit pinceau et je la pose sur un couvercle  transparent pour faire des essais de couleurs (matériel adopté définitivement).

 

Comme ici :

 

Petit matériel : 2 règles 20 et 50 cm, 1 crayon HB, 1 gomme Staedler, 2 anciens  pots de confiture pour l'eau, 1 pulvérisateur, gomme à masquer, cures dents et  coton-tiges, papier absorbant et vieux gants de toilette (pour l'économiser).

 

LE DESSIN

Tant qu'il s'agit de perspective, je fais confiance à mon cerveau gauche, logique !

- Le dessin sera précis, les immeubles ont des points de fuite différents, je trace les verticales, les toits, les fenêtres et délimite les ombres.

- Pose de gomme à masquer sur des détails à laisser blancs.

 

Image bichrome et dessin :

 

 

 

L'AQUARELLE

 

1) Mise en place des ombres

Une aquarelle de stage 2012, avec Ejoumalé, m'a inspiré la démarche : Je commence par un lavis BC dilué sur les ombres, sans mouiller la feuille, le ciel restera blanc. Le bâtiment du fond, plus sombre, sera repris, avec un bleu plus concentré, comme certaines fenêtres.

 

2ème étape : ombres bleues

 

 

Ne pas se perdre dans les fils ! Après le dessin en perspective et les ombres bleues,  c'est le tour des autres couleurs. Fignoler, c'est mon défaut, mais je me soigne ! 

 

3) Colorisation des murs

Mouiller l'ensemble au spalter, sauf le ciel et la partie de la rue au soleil.

 

Maisons numérotées : 

 

- 1 sera violacée, comme son ombre, mélange dilué de RV, AC et OQ.

- 3, à l'ombre, mélange brun de OQ et BC. Même mélange pour son ombre au sol.

- 5, au soleil, un mélange très dilué de AC et RV.

- 2, la plus sombre, au fond, mélange de VV et BC dilué, comme son ombre au sol.

- 4, au soleil, mélange dilué de OQ et RV.

 

 

4) Les portes, les fenêtres...

Attendre que tout soit sec pour commencer.

- Peindre en utilisant les mêmes couleurs, BC, RV ou VV, suivant leurs positions.

- Une fois sec, enlever la gomme et adoucir éventuellement les bords trop nets.

- Le luminaire attire le regard, le préciser, sans oublier son ombre au sol.

 

 

5) Les derniers détails

Souligner certains détails en évitant trop de précision : l'angle entre les maisons 3 et 4, les balcons, les trottoirs à l'ombre et les pavés...

 

 

A vous, courage, c'est assez simple, comme vous le constater !

 

Babiche : Super ! Je mets de côté, car cela me fait penser aux rues de la citadelle de Bastia que j'ai peintes plusieurs fois (et j'ai vite caché ou jeté les aquas). 

Ton pas à pas devrait m'aider. Merci.

 

Alizarine : Tu prends goût aux pas à pas... et c'est tant mieux que tu puisses faire  profiter tout le monde de tes expériences.

C'est un super pas à pas.

 

Solemill : Un travail méticuleux et le pas a pas très bien fait. Félicitations.

 

En réalité, c'est ma manière de progresser dans une aquarelle, qu'elle soit réussie ou non. Avant de commencer, je réfléchis à l'impression, aux sentiments que je veux traduire, à la disposition, aux contrastes, et je fais des essais de couleurs.

Ensuite, j'écris la progression que je pense adopter, que je modifierai au fur et à mesure du travail. A chaque étape, je prends des photos pour mieux voir les corrections nécessaires, à la fois sur l'aquarelle et le texte.

Ce n'est qu'à la fin, si je suis à peu près satisfaite, que je décide d'en faire un vrai pas à pas, et de vous en faire profiter. J'ai pris goût à l'aquarelle et cette façon de procéder me convient tout à fait. Mais elle n'est pas très spontanée et sans doute pas du goût de tout le monde. Merci de vos encouragements !

 

Guy : Merci pour ce pas à pas Annie, très intéressant. 

J'ai une question toutefois. Est-il vraiment utile de faire un dessin si précis ?

 

Pas du tout, Guy, mais c'est mon caractère, je suis perfectionniste. Peindre directement, sans dessin préalable, ne me sera jamais possible dans une aquarelle réaliste, mais, entre les deux, il y a de la marge !

 

Clode : Merci Annie.. de partager... je met de coté pour plus tard... pas possible en ce moment !! ça déborde !!!!

 

Véro : Génial, ce pas à pas : très détaillé et très méthodique, il montre vraiment comment on "monte" une aquarelle en commençant par les ombres, comme on peut le faire à l'huile et comme le fait Marc FOLLY.

C'est une technique de travail très intéressante, merci de tout cœur, Annie !

 

Nicoled : Merci Annie, je le mets en réserve, à faire dans les semaines qui viennent. Le P à P me semble bien clair.

Mais as-tu une idée (toi ou d'autres) de couleurs de remplacement pour or quinacridone et rouge de Venise ? Le vert véronèse est très proche du vert émeraude apparemment ? Merci !

 

Clode, pas question, il est réservé aux débutants, hi,hi ! 

J'adore ta technique de versement des couleurs liquides, et j'ai encore tout à apprendre de ton propre pas à pas. Comme pour toi, le temps déborde !

Véro, c'est valable pour l'huile, mais cette technique ne convient pas à l'acrylique, sauf travaillée très diluée, comme de l'aquarelle.

Je n'avais pas bien aimé la rue de Colmar, peinte en stage avec Ejoumalé, mais je dois reconnaître que cette technique me sert beaucoup. D'ailleurs, je l'ai utilisée dans la prochaine surprise du mois sur Collioure. 

Nicole, tu peux remplacer "or quinacridone" par "terre de sienne naturelle" ou "ocre d'or" et "rouge de Venise" par "rouge + terre de sienne brûlée". Le "vert émeraude" me semble un peu vif, un mélange de bleu de cobalt et de jaune est préférable, pour remplacer le "vert véronèse".

Merci à toutes les trois !

 

Céline : Merci à toi, pour ce superbe pas à pas qui permet de découvrir ton cheminement.  Merci et bravo !

 

Nan : C'est un super p à p, merci pour le partage Annie !

Madeleine : Ton pas à pas est vraiment très bien fait Annie et super intéressant.

Evelyne : Merci, Annie, pour ce pas à pas très bien expliqué !

 

Nicoled : Merci de ta réponse, Annie, on ne peut avoir toutes les couleurs et je commence à avoir mes préférées. Je prends note de tes correspondances pour les conserver !

 

Itiz : Merci, Annie, pour ce beau PAP de la surprise que je n'ai pas faite, peut-être, du coup la ferai-je !

 

J'essaie de ne pas multiplier le nombre de couleurs, cinq me semblent suffisantes dans une aquarelle. J'ai pourtant constaté en stage, qu'Abel en utilisait davantage, en conservant une harmonie, mais c'est plus risqué, à mon avis.

Comme toi, Nicole, j'ai mes préférées, en particulier le bleu de cobalt et la terre de sienne brûlée que je commande plus souvent que d'autres.

Bonjour, Itiz, on a posté en même temps ! Tant mieux si tu la fais, mais je ne pense pas que tu aies besoin de mon pas à pas ! 

Merci à toutes !

 

Kozonom : C'est impressionnant comment tu structures bien ton aqua, avec les différentes étapes. C'est du bel ouvrage !!

A force de travailler avec du mouillé, ton PAP me rappelle la beauté des lavis (à sec, par étapes). On commence par le bleu, on attend, puis on s'attache à une autre surface.. etc. Les superpositions de teintes sont toujours intéressantes, car lumineuses.

C'est vrai que le fait d'attendre que ce soit sec, ça permet aussi de prendre en photo. Dans le mouillé, j'ai l'impression d’être toujours dans l'urgence (peut-être, pour ne pas dire le stress), au point parfois de me demander si un photographe est derrière l'artiste pour faire des clichés. 

En tout cas, merci Annie B, pour ce PAP bien concis.

 

Difficile de consacrer plusieurs heures d'affilées à l'aquarelle, sans être dérangée, j'ai toujours travaillé, plus ou moins, par étapes. 

Les stages avec Abel et Ejoumalé m'ont séduite, en particulier, pour cette raison. Ils utilisent cette méthode pédagogique qui convient à mon caractère. J'aime prendre mon temps, je n'aurais pas le même plaisir dans l'urgence. 

Cela n'empêche pas le travail dans le mouillé, si nécessaire, mais sans stress, par petits bouts. Les photos, c'est un plus, mais l'observation serait suffisante, si je ne voulait pas garder une trace. Merci Kozonom !

 

Alizarine : Je reste béate. C'est super structuré, super bien expliqué, super bien pensé.

Même si je vis plus de 100 ans, je ne serais jamais capable de faire ça. Je ne serais même pas capable de suivre le pas à pas. M'arrêter... impossible ! 

 

Si tu n'es pas capable de suivre ce pas à pas, Alizarine, c'est qu'il n'est pas si bien que ça !  Faire des pauses n'est pas indispensable, ça sèche vite. 

C'est une méthode un peu laborieuse, qui ne convient pas à tout le monde, et en particulier, à ceux qui, comme toi, réussissent des chefs-d’œuvre rapidement !

 

Alizarine : Il est vraiment bien ton pas à pas. C'est juste que c'est vraiment très dur pour moi d'être disciplinée. Comme tu dis... j'm'assume. (faut bien)

 

Timie : Merci Annie, pour ce pap qui, par ses explications, nous facilite le travail.

 

Simouhé : Merci Annie, pour ce pas à pas très détaillé et bien expliqué. 

C'est bien de savoir qu'il existe pour l'essayer, il reste à trouver le temps, les beaux jours nous accaparent encore à des activités d'extérieur. 

J'aurai plaisir à m'y essayer cet automne. 

 

Cassis : Pas à pas super didactique

Myse : Joli polychrome aux valeurs intenses. Bravo !

 

Sasha : Impressionnant ce travail, j'aime particulièrement la lanterne à gauche qui ressort et qui donne à cette rue beaucoup de peps.

 

Alizarine : Radiations intenses. On a envie de cligner des yeux.

Inge : Architecture très réussie en détail ; beau travail !

 

Novembre 2016

Helga : Je vais essayer ce pas à pas, Ça me plaît ce petit bout de ruelle de l'Espagne.....

 

Une bonne surprise, Helga, je te remercie ! 

 

Helga : Merci beaucoup AnnieB pour ce pas à pas ; cependant je crois que c'est plus Niveau Bon..... beaucoup de perspective dans cette aquarelle..... j'ai bien aimé le faire.

 

 

Des couleurs plus froides, une rue plus large et une ambiance ensoleillée, bravo, tu l'as bien personnalisée, j'apprécie ! 

Dans la surprise de juillet 2013, la photo de Solemill a donné lieu à de belles interprétations aussi : http://www.galerie.aquarellissime.net/t ... album=2105 

 

Helga : merci pour le lien, elles sont bien jolies toutes ces aquarelles...... 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article