Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les plaisirs de l'aquarelle

Bernières, la plage de mon enfance, en 2014

 

L'aquarelle (20 x 50 cm) : Bernières, la plage_1

________________________________ 

Souvenirs d'une plage normande de mon enfance, de 1952 à 1961, depuis longtemps,  je voulais en faire une aquarelle. Là voici, faites lors d'une semaine de vacances...  dans les Vosges, qui, par manque de neige ne m'ont pas inspirée.

Papier Moulin du Coq rouge, 325 g/m², 20 x 50 cm ; palette jaune cambodge, terre  de sienne naturelle, rouge cadmium, bleu de cobalt et gris de payne.

 

 

Azadi : Moi qui pensais que tu devais jouer au scrabble... tu rêvais de plage. Ca fait pas de la pub pour mes Vosges  

Alizarine : Doux, comme un souvenir.

Merci à vous ! A St Dié, temps variable, quelques sorties, des photos, mais pas  d'aquarelle. De la pub pour les Vosges, j'en fait souvent, là, je me suis jetée à l'eau : piscine, bain bouillonnant, sauna... et en aquarelle, la mer !

Ce sujet souvenir de mes vacances normandes me tentait depuis longtemps.

Guy : J'aime bien, Annie, très sympa ton aquarelle.

Nicoled : C'est joli et tout doux, comme un souvenir d'enfance 

Krin : Je pense que je recadrerais un peu en coupant à gauche, pour donner plus de champs à ce que regarde le personnage sur le banc.

Merci, pourtant Krin, j'aime bien ce format, bien que la photo semble floue. La dame ne regarde pas la mer, mais lit son journal. Elle aurait dû pencher davantage la tête !   

La maison QORC (Queen’s Own Riffle of Canada), visible derrière les cabines, sur la gauche, est probablement la 1ère maison libérée sur le sol français par les Forces  Alliées, à l’aube du jour J, le 6 juin 1944. Un monument, près des drapeaux, représente l’étrave d’un navire venu de la mer, un symbole de la libération de la France et de l’Europe par ces troupes.

En 1960, le monument commémoratif : 

Un copain et le mouton, c'est moi, nous avions 14 ans ! Neuf ans de franche camaraderie, nous formions une petite équipe et, chaque année, des nouveaux nous rejoignaient. Les adultes ne parlaient pas du débarquement, malgré les vestiges  visibles : http://http://interactive.guim.co.uk/embed/201 ... l?ww2-dday 

Les blockhaus nous servaient de camps, lors de mémorables parties de gendarmes et voleurs. Sur la plage, avec les coquillages, nous recherchions des "poudres" allongées, fines et brunes, usées par la mer, ou des cylindres courts et noirs, percés de trous régulièrement disposés. Les adultes nous regardaient en faire des feux de joie. 

Nous grimpions parfois sur le canon. On a découvert récemment, qu'il contenait encore un obus !

Une carte postale de l'époque

 

Les cabines de plage servaient à stocker le matériel (chaises, transats, boules de  pétanque, croquets, et épuisettes pour la pèche à la crevette), pour nous changer,  avant et après le bain et nous abriter par mauvais temps, qui ne durait jamais  longtemps. Quand il faisait chaud, on les ouvrait côté mer, sinon côté terre plus  abrité et plus chaud.

Un jour, un homme s'est adossé à l'arrière de notre cabine. Il nous a raconté, dans un  français hésitant, qu'il était Canadien et qu'il avait débarqué sur cette plage en 44,  mais qu'il ne reconnaissait plus rien ! A 10 ans, nous ne connaissions pas encore l'histoire de la dernière guerre mondiale. Plus tard, nous avons visité le musée d'Arromanches et des cimetières de cette époque, le musée de Caen n'existait pas encore.

Quand je suis retournée à Bernière, en 2011, chaque blockhaus avait sa plaque commémorative et les drapeaux des pays concernés flottaient au vent.

 

1953 : Tous les matins, cours de gymnastique, derrière les cabines !

 

 

En 2011, la digue, les cabines et la Maison QORC.

 

Aquarelles marines : 

http://annieb.over-blog.com/2014/04/defi-d-echange-du-printemps-bains-de-mer.html

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article